fieracavalli__1_landing

Vérone, la ville des chevaux

La légende raconte qu’en 489, après que la guerre entre le roi ostrogoth Théodoric et le général Odoacre se soit terminée aux portes de Vérone, les habitants de la ville, épuisés par la faim, avait exceptionnellement reçu l’autorisation de se nourrir de la viande des nombreuses carcasses de chevaux qui étaient morts pendant la bataille. C’est ainsi que serait née la tradition locale de la viande chevaline, qui perdure encore aujourd’hui.

Je ne crois pas avoir jamais vu de ville avec plus de boucheries chevalines que Vérone. Et celles-ci ne proposent pas uniquement de la viande de chevaline mais aussi d’autres espèces équines, comme l’âne ou le mulet. Parmi la dizaine que compte la ville, la plus renommée est sans doute la boucherie Avesani, située sur la petite place du Monte, en plein cœur du centre historique.

La viande chevaline est ainsi à la base de nombreuses recettes traditionnelles locales, comme la « pastisada de caval », une sorte de ragoût pour lequel la viande mitonne très lentement dans le vin rouge, ou bien encore des boulettes, des steacks, des sauces et bien d’autres encore.

Mais les véronais n’aiment pas les chevaux que dans l’assiette, au contraire ! En effet, chaque année, au mois de novembre, depuis plus d’un siècle maintenant, Vérone accueille la Fiera Cavalli, la plus ancienne foire de la ville et la plus importante foire aux chevaux de tout le pays.

Aujourd’hui encore, cet événement attire de nombreux visiteurs. Si sa première édition s’est tenue en 1897, Vérone a toujours été réputée pour ses foires aux chevaux. Dans une ville qui représente, depuis longtemps, un important centre agricole avec une forte vocation commerciale, les ventes et les achats de chevaux constituaient déjà une activité très importante avant l’invention de l’automobile.

De nos jours, les chevaux ne sont plus utilisés pour les carrosses ou les machines agricoles mais plutôt pour les compétitions hippiques. C’est la raison pour laquelle cet événement, qui se déroule dans les pavillons de la Foire de la ville,, est avant tout une exposition qui met en avant les plus beaux pur-sang présents sur le circuit international mais aussi les poulains qui seront les futurs champions.

La province de Vérone, avec ses collines recouvertes de vignobles, ses montagnes en pentes douces, ses bois, ses pâturages et ses fleuves (l’Adige et le Mincio), est un endroit idéal pour faire du cheval au milieu de la nature.

Le manège le plus proche au centre historique est le circuit hippique Scaligero : il se trouve au Boschetto, à l’entrée du parc de l’Adige Sud. Un autre  centre équestre se trouve un peu plus au nord, à la hauteur de corte Molon, pour des promenades à cheval sur le collines du Valpolicella et sur la montagne Lessinia.

En fait, il ne manque à Vérone qu’un véritable hippodrome. Il faut se diriger vers le nord, à Merano, à environ deux heures de voiture (ou de train). Outre son hippodrome historique, cete ville accueille chaque année, au mois de septement, l’un des grands prix hippiques les plus courus d’Italie. J’y ai assisté une fois et, grisé par l’événement, je me suis même laissé tenter par le pari hippique. Mais j’y ai perdu les dix euros que j’avais en poche…

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires


Certains recoins similaires