marittima02

Venise est aussi un port

Derrière l’image touristique bien connue, la ville offre également d’autres vues.

La ville sur l’eau par antonomase, connue dans le monde entier pour cette particularité, est devenue célèbre justement grâce à l’eau, à travers des commerces maritimes prospères des siècles passés avec le lointain et le Moyen-Orient, source de ces richesses qui ont rendue possible l’édification d’églises et de palais que les touristes admirent encore aujourd’hui avec émerveillement.

De la puissance maritime de l’ancienne République de Venise est arrivé jusqu’à aujourd’hui, après bien plus de 8 siècles, le témoignage le plus important que représente cet Arsenal où, derrière ses hautes remparts, cette ancienne usine renfermait l’un des premiers – si ce n’est le premier – exemples de production avec des systèmes de chaîne de montage et l’utilisation d’éléments standardisés, qui seront repris dans les productions industrielles du XXe siècle. On y construisait des galères, des galéasses, des cogues et toutes les embarcations de la puissante flotte militaire et commerciale vénitienne, employant un nombre de personnes pouvant monter jusqu’à 5000 dans les moments de travail maximum, employés dans toutes les fonctions de production.

En plus de pouvoir admirer de l’extérieur, aujourd’hui encore en tant que zone miliaire, sa porte de terre entourée de statues de lions et les tours qui surveillent l’entrée vers la darse interne, il est possible de visiter une bonne partie de l’intérieur à l’occasion des expositions de la Biennale d’art et d’architecture qui a lieu un an sur deux, l’occasion de se faire une idée de ce qu’était cette grande usine du passé.

Venise a toujours été un port commercial ; il suffit de regarder certaines représentations faites par de nombreux peintres, conservées dans les musées de la ville ou dans les galeries et collections les plus prestigieuses du monde, où le bassin de San Marco et la Punta della Dogana (Pointe de la Douane) sont représentés avec un grand nombre de galères, de voiliers et d’autres embarcations à quai.

Jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, le terminal maritime commercial était situé dans la zone connue comme la « Marittima », dans la partie occidentale de la ville au bout de la longue promenade des Zattere, nom également évocateur des embarcations qui accostaient ici.

Aujourd’hui, la zone de Marittima est utilisée pour le mouillage des navires de croisière tandis que le port commercial se trouve au-delà du pont translagunaire qui relie la ville à la terre ferme dans la zone de port Marghera, qui célèbre cette année le centenaire du début de la réalisation de cette importante zone portuaire et industrielle.

Pour célébrer l’événement, et pour en rappeler l’importance et faire connaître tout cela également aux jeunes générations, une exposition au Palais des Doges jusqu’à fin janvier présentera son évolution et le déroulement de la vie quotidienne à travers des photos et des vidéos du port à côté d’œuvres d’art modernes évoquant les travaux qu’on y faisait.

La zone industrielle donnait autrefois du travail à presque 15 000 personnes, principalement avec des productions chimiques, mais elle a fini par disparaître avec le temps tandis que le port reste encore en pleine activité et qu’il est l’un des ports les plus importants d’Italie et de haute Adriatique.

Depuis certaines zones de la ville, on peut entrevoir ses grandes structures, des silos pour les grains, des citernes pour les produits pétroliers, des grandes grues qui déchargent des containers et peut-être même quelques navires de croisière en phase avancée de construction dans des chantiers navals.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Venise