285_toulouse_toulouse-las-noches-en-que-hay-partido

Toulouse, les soirs de match

Toulouse est une ville sportive, toute entière dédiée au football, au rugby et au handball. Les soirs de matchs, le centre-ville s’anime, surtout quand le Stade Toulousain (rugby) ou le Toulouse football Club (TFC, prononcez « téfécé ») jouent à l’extérieur : les supporters se rassemblent dans les bars de la ville, devant l’écran, ils soutiennent leur équipe préférée, et lever leur verre à sa santé. On crie, on chante (surtout quand on gagne), on pleure (plutôt quand on perd), et on fait la fête ! Quand on joue à domicile, les supporters envahissent la ville avant de rejoindre le Stade Ernest Wallon (rugby) ou le Stadium municipal (football), qui a été rénové pour l’Euro 2016 (Toulouse accueille quatre matchs, dont un huitième de finale). On croise un peu partout des groupes de copains bariolés, maquillés, habillés du maillot de leur équipe, avec drapeaux, sifflets et cornes de brume. Difficile de les rater : on les entend arriver de loin !

J’adore me promener à travers la ville, dans ces moments-là : elle étincelle, et la gaieté des fans est communicative. On crie : allez les Bleus ! allez les rouge et noir ! allez les violets ! Toulouse est la capitale mondiale de la violette : il est normal que son équipe de foot porte les couleurs de sa fleur emblématique, que l’on retrouve dans les jardins, dans les assiettes et dans les verres (le fameux kir toulousain).

Le supporter n’est pas discret : il est heureux, il hurle son enthousiasme et fait partager sa joie. Les terrasses, les places et les pubs sont bondés. La place du Capitole est décorée de drapeaux en l’honneur de l’Euro : juste derrière l’hôtel de ville, la Fan Embassy accueillera les spectateurs avant et après les matchs, on pourra s’y restaurer et s’y faire maquiller.

Dans les bars, on trinque avec des inconnus, amis d’un soir, amis d’une nuit, amis pour la vie, on se félicite, on se réconforte, on parle de la prochaine fois, la prochaine saison, la prochaine Coupe, on refait le match : j’adore sur les trottoirs ou sur les places regarder les supporters rejouer les pénalty, les essais ou les coups francs, avec de grands gestes, critiquer l’arbitre qui n’a pas vu, pas sifflé, pas compris.

Les fans de rugby se retrouvent au Haka Corner de Byron Kelleher, dont la troisième mi-temps est réputée, mais de nombreux bars et pubs du centre-ville proposent de passer les soirées de matchs, de rugby ou de foot, devant un écran, dans une ambiance électrique, toujours bon enfant : l’Office de tourisme de Toulouse édite une brochure pour l’Euro 2016 qui recense tous les pubs de la ville dans lesquels on pourra suivre les matchs.

Ces soirs-là, je n’ai pas de pub préféré, je préfère passer de l’un à l’autre, pour profiter de cette ambiance survoltée qui rend la ville encore plus belle, pour goûter ma ville qui danse et s’encanaille.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Toulouse