Thriller à Venise

Pour les touristes curieux et les amateurs de littérature ou de cinéma, flâner dans les rues et les places de Venise à la recherche des lieux décrits dans les romans et vus dans les films est une façon insolite de la visiter.

Venise est une ville qui a toujours inspiré les romans et qui a régulièrement été choisie pour servir de cadre à des films célèbres. Qui ne connaît pas Othello ou le Marchand de Venise de Shakespeare, au décor vénitien ? À l’embouchure du Grand Canal se dresse un palais élégant appelé la « Maison de Desdémone ».

Au fil des années, ces histoires célèbres ont été suivies par d’autres, à partir desquelles des films ont souvent été tournés, dans lesquels la ville de la lagune sert de toile de fond à des histoires se déroulant dans un passé, souvent plus imaginaire que réel, ou à une époque plus moderne.

Quelqu’un se souvient de la fuite rocambolesque de Roger Moore, dans le rôle de l’agent 007, sur une « gondole à roues » qui traverse la Place Saint Marc dans le film « Moonraker », ou le plus récent « Casino Royale », ou encore Indiana Jones, dans le film « La dernière croisade », poursuivi dans l’église de Campo San Barnaba.

Dans un mélange de passé et de présent, nous nous souvenons des films « The Tourist » et « Mort à Venise », tirés du roman homonyme de Thomas Mann, se déroulant au Lido et en partie tournés à l’Hôtel Des Bains. Pour conclure sur les films, impossible de ne pas citer la longue série de ceux inspirés par l’un des habitants vénitiens les plus célèbres : Giacomo Casanova.

Venise est également le lieu de vie et de travail d’un autre personnage célèbre de la littérature « thriller » : le commissaire Brunetti, policier né de la plume de l’écrivaine américaine Donna Leon, aux prises avec de multiples meurtres dans la ville. Les histoires du commissaire vénitien ont eu un succès incroyable hors de l’Italie. L’écrivaine n’a jamais voulu que ses romans soient traduits en italien, en particulier en Allemagne, où une série télévisée a été réalisée dans différentes parties de la ville.

Un nouveau vénitien d’adoption, l’écrivain gallois Philip Gwynne Jones, a placé deux de ses romans dans la ville : « Vendetta a Venezia » et « Il ponte dei delitti », avec pour personnage le consul honoraire anglais Nathan Sutherland, chargé de résoudre les afffaires. Et où de mieux aurait pu être placée la maison du consul si ce n’est à « Rio Tera’ dei Assasini » ?!

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Venise