dsc_0098_saint_simeon

Saint-Siméon : Un cinéma dans une église

Configuration étonnante à Bordeaux du cinéma Utopia qui s’est installé, en plein centre ville, dans une ancienne église désaffectée. Ce cadre inhabituel donne un charme supplémentaire à ce cinéma d’art et d’essai.

Pendant des années, lorsque j’allais acheter des bougies à la petite fabrique Bourdy de la rue de la Saint-Siméon, je poussais un peu plus loin, place Camille Jullian,  pour jeter un coup d’œil sur un bâtiment que je voyais se dégrader. Quelle tristesse de voir l’ancienne église Saint-Siméon ouverte aux quatre vents, grise, délabrée et servant de parking. Ce dernier avatar faisait suite à bien d’autres péripéties qu’avait connues l’église.

Rares sont les églises dont les murs ont abrité des activités aussi disparates. Très ancien lieu de culte bordelais qui a été remanié au fil du temps, l’église Saint-Siméon a été désaffectée au moment de la Révolution française. Jusque là, rien d’étonnant. Mais elle est rapidement devenue une salpêtrière. Le salpêtre était alors mélangé à du soufre et à du charbon pour en faire de la poudre à canon. En 1833, les frères Laporte y créent une Ecole navale pour les mousses et les novices ainsi qu’un gymnase.

A la fin du XIX ème siècle, une conserverie s’y installe. On dit que c’est là qu’aurait été inventée la clé pour ouvrir les boîtes de sardines. Mais je reste prudente car j’ai lu que cette invention est revendiquée par d’autres régions françaises et par d’autres pays. Vient ensuite un marchand de cycles et, pour terminer, le parking.

Depuis 1999, l’Utopia a pris le relais. Ce cinéma d’art et d’essai, à la programmation rigoureuse et libre, y organise aussi des soirées débats. Dans le hall d’entrée, un petit restaurant a été installé. J’aime flâner dans cet espace, à l’abri du temps, chaleureux et recueilli, feuilleter les journaux ou lire les prospectus installés sur du mobilier religieux bien en accord avec les vitraux. J’imagine entendre les cris joyeux des petits mousses qui furent éduqués là.

Je peux aussi m’installer à la terrasse qui donne sur la place Camille Jullian. Camille Jullian, un nom qui réveille encore des souvenirs, celui de mon ancien lycée, appelé aussi familièrement « Caju ». Camille Jullian historien célèbre qui enseigna à Bordeaux et dont le grand ouvrage sur la Gaule fait toujours référence. Mais il faut que je sois honnête. Le café de l’Utopia est aussi très bien placé pour faire une halte au cours d’une virée shopping entre la rue Sainte-Catherine, pour les grandes enseignes, et la rue du Pas-Saint-Georges ainsi que les voies environnantes du Vieux Bordeaux, pour des boutiques plus pointues.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires