Piscines de Bordeaux, plongeon dans l’histoire

Piscines Monuments historiques

Pas besoin d’aller sur le Bassin d’Arcachon ou sur la côte du Médoc pour se baigner. On peut rester à Bordeaux et s’offrir les plaisirs de l’eau avec quelques belles piscines. A apprécier autant pour la pratique de la natation que pour le plaisir des yeux. Dans l’agglomération bordelaise, deux piscines se détachent du lot. Elles sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

La piscine Judaïque Jean Boiteux, du nom d’un nageur bordelais, champion olympique en 1952, fait partie de mon quotidien car j’ai toujours habité tout près de la rue Judaïque. Je l’ai fréquentée en tant qu’élève de l’école primaire et j’ai continué, de loin en loin, à y faire un tour. C’est une des constructions imaginées par Adrien Marquet, alors maire de Bordeaux, pour offrir des conditions d’hygiène satisfaisante à la population. Conçue par Louis Madeline, elle est inaugurée en 1934. L’architecture des années 30 rigoureuse et dépouillée se mêle à celle du 18e siècle. En bord de rue, le portique de l’ancien manège bâti par Ange-Jacques Gabriel en 1759, orné des sculptures de Claude Francin a été « transporté pierre à pierre » du Jardin public où il se trouvait et reconstruit en 1865.

On aperçoit, à travers cet ensemble, le sobre médaillon en bas-relief du dieu de la mer, exécuté par Maurice Pico. Béton armé pour les structures, béton incrusté de galets pour certaines parois, pavés de verre pour laisser entrer la lumière naturelle et afficher sa modernité. Le petit bassin intérieur que je préfère avec ses carreaux bleus est éclairé par des murs vitrés de part et d’autre dont les fenêtres cerclées de métal se reflètent dans l’eau. Des portes monumentales vitrées font face au plongeoir et mènent au bassin d’été. Les murs derrière le plongeoir et en partie basse, devant les gradins, sont habillés de mosaïques noires soulignées d’une bande de pâte de verre dorée à la feuille d’or. A retenir, les dates du 21, 22 et 23 septembre. La piscine Judaïque Jean Boiteux participera à la Fête du Sport. Rencontre inédite du sport et de la musique, avec une représentation des chœurs de l’Opéra de Bordeaux le vendredi soir.

photo-1





photo-3


photo-4

La piscine de Bègles, dans l’agglomération bordelaise, est de la même époque. Dessinée par Armand Blanchard, architecte et ingénieur de la ville de Bègles, elle est inaugurée fin 1932. Si le bâtiment d’angle avec des décors et des inscriptions en mosaïques sur la façade semble important de l’extérieur, à l’intérieur, les espaces sont presque intimistes. Le sol des parties communes est recouvert de mosaïques formant des décors en bleu et brun. L’ancienne entrée avec ses grandes vitres ornée de motifs géométriques réalisés en verre sablé est devenue un charmant restaurant ouvert à tous. La nourriture est, en grande partie, bio et locale. Les plats sont payés au poids. Les appétits d’oiseau ne sont pas volés. On peut aussi y passer un moment, sans plus, ou s’y donner rendez-vous pour profiter du cadre.

En hauteur 216 boules en verre soufflé par Bun Than Huyn forment une spirale sous la coupole. Lors de la rénovation réalisée par Patrick Bouchin, en 2006, l’ancienne piscine couverte a été transformée en aire de jeux grâce à un ensemble en bois et métal qui ressemble à une énorme sculpture. Tout le tour, les cabines anciennes aux portes en bois ont été conservées. Les plaques en tôle émaillée, donnant des directives aux baigneurs sont restées en place. Le nouveau bassin en inox cultive une certaine intimité avec un plafond bas. Les spots qui éclairent l’eau sont de couleurs changeantes. Et pour la détente totale, il y a le hammam en mosaïque bleu violet irisé.

photo-5


photo-6





photo-8



Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires