154_venecia_escalera-contarini-del-bovolo

L’escalier Contarini del Bovolo

Chaque ville possède des lieux où le passé a laissé une telle trace qu’ils ont donné naissance à des histoires, des légendes même, mêlant étroitement réalité et fiction.

Venise ne fait pas exception à cette règle : beaucoup de ses lieux les plus célèbres, et moins célèbres aussi d’ailleurs, sont le théâtre de récits qui ont survécu jusqu’à nos jours, transmis de bouche à oreille, ou parfois à l’écrit, grâce à la plume d’un historien ou d’un curieux.

A quelques pas du Rialto et de la place Saint-Marc se trouve l’un de ses lieux, bien caché puisqu’il faut y accéder par une réelle étroite qui débouche sur l’un de ces petites places typiques de Venise. Vous pourrez y découvrir la Scala Contarini del Bovolo, ouverte depuis peu au public après d’importants travaux de rénovation.

Ainsi, si vous ne pouviez auparavant que l’admirer de l’extérieur, il est maintenant possible de l’emprunter pour monter ses marches jusqu’à un belvédère qui offre, à une trentaine de mètres de hauteur, un panorama superbe sur les toits de la ville.

Cet escalier en colimaçon, une forme qui lui donne son nom puisque dans le dialecte vénitien « bovolo » signifie « escargot », a été construite à l’extérieur du Palais, à la demande de Pietro Contarini, vers la fin du XIVe siècle.

Cet ajout au palais existant n’avait aucun objectif pratique : il s’agissait seulement d’embellir la résidence de la noble famille vénitienne des Contarini. C’est sans doute cette absence de motif sérieux qui a incité le peuple à imaginer des histoires afin d’expliquer sa construction.

L’une d’elles raconte que le gentilhomme était passionné de jeux de hasard, une activité très à la mode à l’époque, et qu’il avait tout perdu, de sorte qu’il avait dû vendre son palais pour payer ses dettes, gardant pour lui uniquement le dernier étage, auquel il lui fallait dorénavant avoir accès directement.

Une autre explique que le seigneur était un grand libertin est qu’il avait donc fait construire cet escalier afin de pouvoir entrer et sortir du palais sans être vu par son épouse.

Peu importe que ces histoires soient vraies ou fausses car nous pouvons tout de même profiter de ce chef d’œuvre architectural, un mélange de style Renaissance, gothique et vénéto-byzantin, dont la beauté est encore plus grande car elle apparaît au détour d’une ruelle, à l’improviste, sans doute comme l’avait souhaité Pietro Contarini.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Venise