20171213_140136-min

Les librairies, des lieux de culture et de plaisir à Bordeaux

Les librairies bordelaises

La lecture a toujours fait partie de mes habitudes d’aussi loin que je me souvienne. Les librairies font donc partie de mes lieux de prédilection. Et Bordeaux ne manque pas de librairies.

Même s’il m’arrive de commander des livres sur Amazon, je continue à fréquenter les librairies, pour partir à la découverte d’un auteur même inconnu, d’un roman dont la couverture m’aura attirée et dont la quatrième de couverture m’aura convaincue. J’affectionne plus particulièrement certaines librairies pour des raisons très différentes.

Tout Bordelais connaît fatalement la Librairie Mollat, une vieille institution qui remonte à 1896. Sa surface de 2 500 m² qui en fait la plus grande librairie indépendante de France et son emplacement rue Porte Dijeaux la rendent incontournable sur mon circuit. Elle est toujours tenue par les descendants d’Albert Mollat, le fondateur. Chaque fois que je passe devant, je ne peux pas m’empêcher d’y entrer, c’est-à-dire plusieurs fois par semaines, pour feuilleter un ouvrage, regarder les dernières nouveautés. Je passe obligatoirement en revue les rayons beaux-arts, littérature, poche, polar et voyage. Petit plus, c’est à son emplacement que Montesquieu, célèbre philosophe, a habité de 1754 à 1755, dernière année de sa vie. Des conférences sont organisées à la Station Ausone, rue de la Vieille Tour, un ancien garage récemment réhabilité. La pompe de station service a été conservée à l’entrée et le nom d’Ausone, lui a été donné en référence à Ausone, un lettré bordelais de la période gallo-romaine.

La Librairie de la Comédie est bien plus récente puisqu’elle n’a ouvert qu’en 2016. Mais elle émane des Editions Féret qui remontent à 1812. Elles ont été rachetées entre-temps mais la maison est restée célèbre à cause de son livre Bordeaux et ses Vins édité pour la première fois en 1850 et actualisé régulièrement. Il en est à sa dix-neuvième édition. C’est la bible des amateurs de vin. Féret a édité d’autres ouvrages autour du vin au fil du temps mais aussi dans un registre plus large. On retrouve ces livres et ceux d’autres éditeurs au premier étage de la Librairie de la Comédie. J’apprécie le lieu pour son salon de thé au rez-de-chaussée et pour la belle vue sur le Grand-Théâtre, qu’on aperçoit depuis les fenêtres du premier.

Autre librairie inscrite sur mes parcours, La Mauvaise Réputation. Plus intimiste, elle est spécialisée dans l’art, l’érotisme, la transgression, elle aussi une galerie d’art. Je l’ai découverte à l’occasion de la présentation par un ami d’un de ses ouvrages, sur le peintre maudit bordelais, Molinier.

Localisation : Bordeaux Voir sur Google

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires