186_verona_el-jardin-secreto

Le jardin secret

Vérone est une ville qui se démarque par sa beauté, ses panoramas pittoresques, ses places animées et ses palais majestueux. Mais c’est également une ville capable de cacher ses trésors les plus précieux.

Cela vaut particulièrement pour le jardin des Giusti. Il s’agit pour moi d’une découverte récente. Bien-sûr, j’en avais toujours entendu parler mais, comme de nombreux Véronais, je n’y étais jamais allé et je savais à peine où il se trouvait. Ceux qui y étaient allés m’en parlaient avec une grande exaltation, comme d’un bijou. Et je me disais « Est-ce possible qu’un endroit si peu connu puisse-t-être aussi extraordinaire ? ».

Eh bien, la réponse est oui. C’est possible. Et le paradoxe repose sur le fait qu’il soit probablement plus connu à travers le monde que parmi les Véronais. Des personnes comme Mozart et Goethe sont restées envoûtées par les cyprès alors qu’elles se promenaient à travers les sentiers bien entretenus.

« Un arbre qui, du bas jusqu’au sommet, étend ses branches vers le ciel, les plus vieilles comme les plus jeunes et vit depuis trois cent ans, est vraiment vénérable », souligna l’écrivain allemand au sujet de l’un des cyprès, qui est aujourd’hui surnommé le « Cyprès de Goethe ».

Mais, avant même de parler du jardin des Giusti, il est préférable de le situer car, comme nous l’avons dit, il peut facilement échapper à notre attention. Pour s’y rendre, il faut laisser derrière soi le Théâtre Romain et en s’éloignant de l’Adige sur sa droite, emprunter à gauche la via Santa Chiara. Après quelques mètres, la rue change de nom et devient la via Giardino Giusti. Et à cet endroit même, où se trouve un palais Renaissance, on accède au jardin à travers un couloir datant du XVIème siècle.

Rien, à l’extérieur, ne laisse présager ce que l’on découvre à l’intérieur. Il s’agit d’un jardin prestigieux du XVIème à l’italienne, dont l’axe central se compose d’une imposante allée de cyprès qui mène à un escalier donnant accès à une grotte creusée dans la roche. Audessus de celle-ci, se trouve un belvédère depuis lequel on domine tout le jardin et on en apprécie le dessin géométrique et les jeux de perspective qui le font même paraître plus grand qu’il n’est réellement.

Cela vaut vraiment la peine de se perdre dans ce jardin qui est également un petit musée à ciel ouvert de l’art de la Renaissance et du Néo-classicisme. Le conte Agostino Giusti en fut à l’initiative, un noble toscan qui s’était établi à Vérone et voulut recréer là un oasis vert comme ceux qui poussaient alors à Florence, à l’image du jardin Boboli. En profitant des déclivités naturelles du terrain, on a extrait les terrassements qui permettent au jardin de grimper sur la colline derrière elle et lui donnent sa forme caractéristique.

Entre les parterres fleuris et les haies toujours bien entretenus, se trouvent des fontaines en marbre et des statues qui renvoient à la mythologie grecque.

Il y a même un labyrinthe de bordures de buis, qui n’est, certes, pas aussi complexe que celui du Minotaure mais est aujourd’hui l’un des plus anciens d’Europe. Et ses recoins romantiques et charmants en font une destination privilégiée pour les amoureux.

Le jardin des Giusti se trouve dans le quartier de Veronetta, lui-même plein de surprises. Cette zone de la ville a été la première à devenir réellement multiethnique, avec tout ce qu’il en découle en termes de magasins et de bars. Le quartier abrite également l’Université de Vérone ainsi que la plupart des étudiants.

Un point de départ pour explorer le quartier de Veronetta est la piazza Isolo, qui se trouve à cinquante mètres de l’entrée du jardin des Giusti. Comme son nom l’indique en italien, cette zone de la ville était une île. Le long de la rue qui s’appelle aujourd’hui via dell’Interrato dell’Acqua Morta, coulait un bras de l’Adige. À l’époque des contes Giusti, depuis leur beau jardin, on entendait le bruit de l’eau du fleuve. 

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires