bassin-arcachon

La Ville d’hiver d’Arcachon

Le Bassin d’Arcachon attire irrésistiblement les Bordelais dès les premiers rayons de soleil. Mais la plage n’est pas le seul attrait de cette petite mer intérieure.

A une soixantaine de kilomètres de Bordeaux, le Bassin d’Arcachon à l’arrière de l’océan atlantique, constitue une enclave à l’abri des plus grosses turbulences même si ses passes, chenaux par lesquels les échanges d’eau se font entre le Bassin et l’Atlantique au rythme des marées, sont particulièrement dangereuses.

Le Bassin est ourlé sur tout son pourtour de plages qui drainent Bordelais et touristes. Pourtant, je préfère déserter les bords de mer trop fréquentés à mon goût et découvrir d’autres richesses, dans une ambiance préservée et paisible. A Arcachon, la ville qui a donné son nom au Bassin, j’ai plaisir à déambuler dans la Ville d’hiver. C’est en fait ce quartier qui a fait passer Arcachon de village de pêcheurs à cité balnéaire réputée et élégante. La Ville d’hiver a été créée, entre 1862 et 1910 pour sa majeure partie, sur un ensemble de dunes vallonnées, à proximité de la gare.

Rien d’étonnant à cela puisque cet ensemble est aménagé par la Société Immobilière d’Arcachon, filiale de la Compagnie du Midi qui fait arriver le chemin de fer à Arcachon en 1857 et y construit une gare en 1864. Des initiatives qu’on doit à des banquiers, les frères Péreire. Autre moteur de la Ville d’hiver, les médecins qui conseillent son climat vivifiant aux personnes fragiles et aux tuberculeux.

J’aime emprunter les petites rues ombragées de la Ville d’hiver qui serpentent pour apercevoir au fond de leur parc les superbes maisons de style chalet qui cultivent une belle fantaisie : tourelles, donjons, avant-toits, décrochements, galeries extérieures, balcons aux garde-corps en dentelle de bois abondent. Un ensemble architectural unique et un patrimoine du XIXème siècle magnifiquement préservé. Je m’amuse à déchiffrer leur nom dont les inspirations sont très variées : villa Faust, villa Marguerite, villa Toledo, villa Alexandre Dumas, villa l’Ensoleillée, villa la Vigie, villa Montretout, villa Giroflé ou villa Brémontier, en l’honneur de l’ingénieur qui a trouvé la méthode pour fixer le sable des dunes.

Chaque fois que j’y vais, je ne peux pas m’empêcher de passer sur la petite passerelle Saint-Paul qui enjambe la rue en-dessous et relie le Mont Saint-Paul et le Mont Sainte-Cécile. Il faut préciser que mont est le nom pompeux donné à deux dunes. Mon grand regret, que le Casino Mauresque particulièrement exotique et tarabiscoté ait été détruit par le feu en 1977.

Avant de partir d’Arcachon, je rejoins la côte pour acheter des huîtres et m’arrêter O Sorbet d’Amour pour déguster une glace, dans la boutique proche du Casino, non pas pour jouer mais pour admirer l’architecture du Château Deganne dans lequel il est installé.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires