p1000976

La ville de l’amour

Dans la via Cappello, située en plein cœur de Vérone, un bâtiment médiéval possède une cour interne où se trouve le balcon probablement le plus célèbre au monde. Des millions d’amoureux le visite chaque année et, pendant la période de la Saint-Valentin, il devient un lieu de pèlerinage des sentiments sans égal.

Ce qui m’a toujours frappé par rapport au balcon de Juliette (car c’est de cela qu’il s’agit) est son pouvoir évocateur et symbolique alors que c’est entièrement faux. William Shakespeare n’est jamais allé à Vérone. Roméo Montaigu et Juliette Capulet sont le fruit de son imagination. Il est cependant vrai que, dans le bâtiment situé via Cappello, habitait une famille véronaise appelée Cappelletti. Le balcon même a été ajouté au XXe siècle.

En somme, à vouloir être rigoureux, il n’y a rien de plus faux que la maison de Juliette (il en va de même pour la Tombe de Juliette et pour la moins célèbre maison de Roméo). Alors pourquoi exerce-t-elle cette fascination apparemment inébranlable ? Pourquoi y a-t-il la queue pour toucher la poitrine de la statue en bronze de Juliette ? Pourquoi les visiteurs recouvrent-ils de mots, de graffiti, de Post-it et de cadenas les murs de la cour, sans que personne ne puisse les arrêter ?

La réponse est peut-être que Vérone est, aux yeux de beaucoup, « la ville de l’amour » : ce n’est pas le fruit d’une opération commerciale, bien qu’a posteriori celle de Shakespeare ait été pour Vérone la plus grande opération marketing de l’histoire. C’est l’effet d’un symbole très fort et immortel, dans lequel des millions de personnes se reconnaissent encore.

Aujourd’hui, Vérone apprend à gérer cet important héritage. Les autorités locales évaluent actuellement des projets avec pour objectif de changer radicalement le visage de la maison de Juliette, principalement en mettant en place un billet pour y entrer. Je comprends que, lorsqu’un phénomène prend autant d’ampleur, il faille trouver un moyen de le gérer et, si possible, d’en tirer profit. Toutefois, je ne voudrais pas que ce lieu, en devenant une attraction touristique « officielle » à part entière, perde un peu de sa poésie. Dans tous les cas, il s’agit d’un projet à long terme : pour l’instant, la cour de Juliette reste telle qu’elle est, à savoir bondée, un peu kitsch et gratuite.

Puis il n’est pas dit que, en allant à Vérone vers le jour de la Saint-Valentin, la visite doive s’achever après avoir rendu hommage au mythe de l’héroïne shakespearienne. Tous les ans, le festival « Verona in love », qui y est dédié, est organisé à cette période. Il accueille des événements, des concerts et des projections de films, le tout conçu pour les nombreux couples amoureux qui visitent la ville à ce moment-là.

De même, certains des lieux les plus romantiques de la ville tels que la chapelle Cappella dei Notai, joyaux de l’art du XVIIIe siècle situé au cœur du Palazzo della Ragione, ou bien la tombe de Juliette sont à disposition de ceux qui veulent y célébrer leur mariage (l’initiative a été appelée « Sposami a Verona »).

Et pourtant, l’histoire de Roméo et Juliette n’est pas la seule légende d’amour fatal qui aurait pris place à Vérone. Une autre légende raconte que, vers l’an 1500, un jeune soldat de l’armée du Saint Empire romain germanique du nom de Corrado di San Bonifazio serait tombé amoureux de la belle Isabella mais que, face à son refus, il se serait jeté dans un puits. Émue par ce sacrifice, Isabella l’aurait suivi, plongeant à son tour dans l’eau glacée.

Aujourd’hui, tout le monde le connaît sous le nom de Pozzo dell’Amore. Il est caché au fond d’une impasse, dans l’un des plus beaux coins du centre historique de Vérone. Autrefois, lorsqu’on y passait, on pouvait y jeter une pièce et faire un vœu. Maintenant, le puits est fermé afin d’éviter les pèlerinages indésirables pour les résidents à proximité. Mais dans certaines fissures, entre les planches de bois, on peut encore faire passer quelques centimes en cuivre. Un vœu bon marché, pour qu’un amour unilatéral devienne réciproque ou pour en renforcer un qui a déjà éclos : c’est une occasion à ne pas manquer.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires