196_verona_la-ciudad-mas-bonita-del-mundo

La plus belle ville du monde

J’ai quitté Vérone pour la première fois après le lycée. La ville où j’étais né et où j’avais grandi me semblait désormais trop petite, trop provinciale, et j’avais envie de parcourir le monde, de découvrir de nouveaux endroits, d’entendre parler différentes langues, ainsi que d’apprendre à connaître d’autres cultures.

Je suis revenu une dizaine d’années plus tard. Dans mes bagages, je rapportais alors diverses expériences et un peu de maturité qui me permirent de redécouvrir ma ville avec un œil nouveau. Je suis tombé amoureux de Vérone comme si je la voyais pour la première fois. Et je n’en suis jamais reparti.

De mon petit appartement en location à proximité de la Cathédrale, je partais découvrir chaque ruelle, place, pont ou recoin. C’est ainsi que j’ai compris pourquoi le centre historique de la ville, dans son ensemble, avait été classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

L’héritage romain se retrouve à travers toute la ville, notamment avec les portes Porta Borsari et Porta Leoni, exceptionnellement bien conservées, les ruines à ciel ouvert que l’on aperçoit depuis la rue Cappello, et l’arc de triomphe Arco dei Gavi.

La famille Della Scala apporta toute sa grandeur à Vérone au cours du Moyen Âge, avec de nombreux palais luxueux, d’imposants monuments funéraires (les tombeaux des Scaligeri) ainsi qu’un château situé au cœur de la ville (le Castelvecchio) qui semble sortir d’un conte de fées.

Outre ces monuments, chaque immeuble arbore un style différent, du gothique au style renaissance en passant par différentes influences, et les murs sont souvent décorés, voire ornés de fresques. Certains balcons sont de véritables jardins. Certaines places de véritables tableaux.

À mon avis, les touristes qui viennent admirer les Arènes ou la maison de Juliette et repartent aussitôt pour Milan ou Venise passent à côté de nombreuses merveilles. Je voudrais leur dire que la ville regorge de trésors et mérite vraiment d’être explorée.

En outre, Vérone est une ville très animée, contrairement à ce que je pensais lorsque j’avais vingt ans. On y trouve aussi bien des auberges où le mobilier n’a pas changé depuis plus de cinquante ans que des bars très tendance. On peut s’y promener dans des rues bondées ou s’isoler dans des recoins baignés de paix et de silence.

Certaines rues accueillent les plus grandes enseignes de la mode, tandis que d’autres abritent des ateliers d’artisans et des boutiques originales où l’on peut flâner des heures durant.

Après avoir traversé le pont de pierre et gravi les marches portant au Château San Pietro, à l’ombre des cyprès et des lauriers-roses, à côté du théâtre romain, on surplombe la ville, lovée dans les bras du fleuve Adige, avec ses rues au tracé géométrique et ses innombrables clochers, parmi lesquels se détache la célèbre Tour des Lamberti.

Comment serait-il possible de ne pas tomber sous le charme de ce lieu ? C’est ma ville, bien entendu, mais Vérone est avant tout la plus belle ville du monde.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires