187_verona_la-casa-museo-de-dannunzio

La maison-musée de D’annunzio

La première guerre mondiale vient tout juste de prendre fin. L’Italie fait partie des vainqueurs d’un conflit qui a meurtri l’Europe. Mais cette victoire est amère, non seulement en raison de ses énormes pertes humaines. De nombreux territoires frontaliers habités par les Italiens ont été perdus. “Notre Victoire, tu ne seras pas mutilée”, promet le célèbre poète Gabriele D’Annunzio.

Il faut garder à l’esprit ce contexte historique lorsqu’on visite le Vittoriale des Italiens, la grande maison-musée que D’Annunzio fit construire dans les années 1920 sur la rive ouest du lac de Garde, dans la petite ville de Gardone Riviera.

D’Annunzio était un personnage très célèbre à l’époque, et non seulement pour ses qualités littéraires. Ses aventures amoureuses attiraient beaucoup l’attention, de même que ses vols de démonstration périlleux (il avait un brevet de pilote). Il fut pour l’entrée en guerre de l’Italie, il combattit et en sortit blessé. Après l’armistice, il tenta de conquérir la ville de Fiume passée aux mains de la Yougoslavie (Rijeka, aujourd’hui en Croatie).

Le Vittoriale fut construit justement pour célébrer ce que D’Annunzio considérait comme sa “vie inimitable”.  Et, en parallèle, pour glorifier le passé illustre de l’Italie sortie vainqueur mais “humiliée” du conflit mondial.

La première fois que je suis allé au Vittoriale, j’étais enfant et je suis resté bouche bée. Dans quelle autre ville au monde trouve-t-on un navire de guerre dans le jardin ? Ou bien un avion accroché à la coupole d’un auditorium (c’est celui avec lequel D’Annunzio survola Vienne en lançant des affiches avec écrit “Vive l’Italie”) ? Ou encore un théâtre entier en plein air, en demi-cercle à la manière des théâtres antiques romains, avec vue sur le lac ? 

Que dire de l’intérieur de la maison ? Toutes les chambres portent un nom grandiloquent (“chambre de la musique”, “chambre de la mappemonde”) où chaque centimètre carré d’espace est recouvert d’objets : livres, tableaux, sculptures, estampes, photographies, bibelots, meubles, tapis, vases. Même les toilettes ressemblent à un musée. Je me suis toujours demandé comment une seule personne avait réussi à amasser autant de choses au cours d’une seule vie.

En partant de Vérone, le Vittoriale ne se trouve pas exactement au coin de la rue. Il se situe à environ soixante-dix kilomètres, dont la moitié sur une route provinciale très souvent fréquentée. Mais il existe un raccourci plus pittoresque.

De Torri del Benaco , sur la rive véronaise du lac, un bac est en effet en service (équipé pour le transport de voitures) qui, en une vingtaine de minutes, mène de l’autre côté de la rive, en accostant dans la commune de Toscolano Maderno. Cette dernière n’est située qu’à quatre kilomètres de Gardone Riviera, en direction du sud.

Mais pourquoi se limiter au Vittoriale ? Une fois arrivé sur l’autre rive, on peut en profiter pour explorer une zone magnifique de la côte, avec les montagnes qui, au fur et à mesure que l’on se dirige vers le nord, se fondent avec l’eau. Certains la comparent, pour sa beauté, à la côte Amalfitaine.

Dans cette région, l’une de mes destinations préférées est Gargano, située tout près au nord de l’accostage du bac. Un petit bourg pittoresque, avec des cafés et des restaurants donnant sur le port de plaisance où la spécialité est le poisson d’eau douce (à commencer par le brochet), pêché dans le lac.

Si vous avec du temps, vous pouvez continuer jusqu’à Limone del Garda, le vrai bijou de cette partie de la côte, où l’on pratique depuis des siècles la culture du citron la plus au nord de toute l’Europe, grâce au microclimat particulier de l’endroit. Mais une autre particularité a rendu célèbre ce bourg isolé durant des siècles, jusqu’à la construction de la route gardesana pendant les années 1930 : la longévité de ses habitants.

On a en effet découvert que les habitants de “Limone” ont dans le sang une protéine particulière qui diminue le risque de maladies liées à l’âge. Une sorte d’élixir de longévité, qui coule dans leurs veines. Ce n’est donc pas un hasard si la ville peut se vanter d’un pourcentage de personnes âgées de plus de cent ans incroyablement supérieur à la moyenne. Et c’est indéniablement un bel endroit où passer ses vieux jours.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires