main-picture

La Fête des morts à Catane, entre croyances anciennes et traditions profondes

Il existe un peu partout dans le monde des fêtes et des traditions liées au culte des morts, à leur commémoration et leur souvenir, notamment au Mexique avec les días de los muertos.

En Italie également les défunts sont rappelés et honorés de différentes façons. À Catane, la « Fête des morts » a une tradition bien précise qui se distingue souvent des autres villes de Sicile et des us et coutumes du reste du monde.

Même si la composante reste bien évidemment mélancolique, la Fête des morts à Catane a aussi des connotations festives, qui laisse place à des cadeaux, des gâteaux typiques et des marchés.

Cette fête remonte à de vieilles racines païennes. Elle fut adoptée par le christianisme autour du Xe siècle, mais son histoire commence bien avant. Les romains de la Rome Antique célébraient déjà les Parentales entre le 13 et le 21 février, alors que les celtes fêtaient la Nuit de Samain entre le 31 octobre et le 1er novembre, une fête consacrée à tous les morts et à toutes les âmes.

Encore aujourd’hui à Catane la Fête des morts, le 2 novembre, est très appréciée et intègre plusieurs habitudes et traditions qui se retrouvent aussi dans d’autres villes de Sicile, comme le fait de donner des bonbons et des jouets aux enfants et d’organiser des foires.

L’habitude de faire des cadeaux aux plus jeunes et de leur faire croire que ceux-ci viennent d’un parent défunt est très ancienne. Elle est liée à une vieille histoire, celle d’un père qui quitta son foyer pour aller chercher du travail ailleurs. Quand le cadet de ses quatre enfants fut atteint d’une maladie incurable, la mère avertit le père, qui décida immédiatement de rentrer chez lui. Ne pouvant se permettre un moyen de transport, il décida de voyager à pied, même de nuit, pour arriver au plus vite chez lui afin de payer, avec le peu d’argent qu’il lui restait, les médicaments coûteux nécessaires à son fils. Après une journée de voyage, il se trouva à passer devant le cimetière de son village : c’était le 1er novembre. Se souvenant de son père défunt, il en profita pour lui rendre visite et pria pour qu’il veille sur son petit-fils gravement malade. Il trouva au pied de la tombe un petit soldat en bois et le glissa dans la poche pour l’offrir à son fils. Il arriva chez lui en pleine nuit, prit ses enfants et sa femme dans les bras et offrit au plus petit malade le petit soldat en bois. C’était la nuit du 1er novembre, l’enfant continua de dormir avec son jouet et le lendemain matin, il se réveilla complètement guérit. Pour se rappeler de cette histoire, chaque année, les catanais offrent des jouets à leurs enfants.

L’aspect œnogastronomique est aussi très profond : parmi les friandises de la fête, il existe les fameux Os de morts, des gâteaux secs et plutôt durs, et les « Rame di Napoli », des biscuits au chocolat au cœur tendre.



Des traditions païennes et chrétiennes se mélangent à Catane donnant lieu à une fête unique en son genre, très appréciée par son peuple et qui est naturellement un moyen efficace de se souvenir de ses proches défunts, de les avoir encore proches de soi et de transmettre le souvenir aux nouvelles générations.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires