70_burdeos_la-bourse-du-traval

La Bourse du travail

La Bourse du travail, un palais Art déco à découvrir à Bordeaux

L’Art déco à Bordeaux ? La question n’est pas aussi bizarre qu’elle peut le paraître au premier abord. On chante l’architecture XVIIIème siècle de Bordeaux, la façade de ses quais, son secteur sauvegardé. Pourtant, hors des sentiers battus du patrimoine, Bordeaux offre quelques pépites méconnues. La Bourse du travail, bâtiment emblématique du style Art déco, est sans doute l’un des fleurons de ces merveilles oubliées et négligées à découvrir absolument.

Voulue par le maire de Bordeaux, Adrien Marquet, qui souhaitait offrir un « palais du travail » aux syndicats, la Bourse du travail a été inaugurée le 1er mai 1938 : un beau cadeau symbolique aux ouvriers de Bordeaux et de sa région. C’est Jacques d’Wells, l’architecte de la ville, qui dessine le bâtiment tandis que de grands artistes bordelais sont mis à contribution pour le décorer et exalter les richesses de Bordeaux.

Le temps a passé, la Bourse du travail n’est plus le centre de rassemblement des travailleurs, même si la CGT l’occupe toujours, quelques heures par semaine. Elle a failli disparaître. Le quatrième étage a été détruit et reconstruit à l’identique tellement il était détérioré et la façade dont la rénovation s’achève est recouverte de filets pour éviter que des bouts de béton tombent sur les passants.

Située sur un axe très passant de Bordeaux qui mène à la place de la Victoire et, plus loin, à la gare, elle est ignorée. Quand on emprunte le cours Aristide Briand, en voiture, en taxi, en bus, à vélo ou à pied, on est pressé, on n’a pas le temps de flâner. Le quartier n’incite pas à la promenade et ne fait pas partie des circuits touristiques. Faute de recul, on a du mal à admirer ce bâtiment imposant dans son intégralité, l’austérité des portes vitrées et le manque d’informations découragent aussi les curieux manquant d’audace.

Glissez-vous entre les dernières portes à droite, comme j’aime le faire, et vous entrerez dans un univers surprenant. Silencieux et vaste, le grand hall du rez-de-chaussée évoque le palais de la Belle au bois dormant. Quelques panneaux d’affichages installés là rappellent la destination de ce bâtiment dédié aux travailleurs.

N’en restez pas là. Empruntez le majestueux escalier, c’est au premier étage que se cachent les trésors de la Bourse du travail. La grande salle de 1500 places que j’ai connue occupée par des cabanes de chantier possède une scène dont la fresque a été confiée au peintre Jean Dupas. Autour des armes de Bordeaux, il a imaginé une composition colorée et forte avec la Renommée soufflant dans son trompette, Bacchus évoquant le vin ou des personnages exotiques en souvenir du passé colonial de Bordeaux.

Les deux foyers qui l’entourent ne sont pas en reste. A droite, Camille de Buzon représente le port sous les traits d’une déesse aux cheveux blonds soulevant un navire au-dessus de sa tête. D’un côté on aperçoit Bordelais et Bordelaises dans leur tâches quotidiennes, de l’autre les denrées coloniales qui entrent en France et en Europe par le port de Bordeaux. En arrière-plan, on distingue des les arches du Pont de pierre. André Caverne, dans la fresque latérale, renvoie à l’architecture bordelaise : façade des quais, Grosse Cloche ou Grand Théâtre.

Dans le foyer de gauche, François-Maurice Roganeau magnifie le vin et la vigne. Un personnage alangui devant un corne d’abondance débordant de raisins occupe le centre de la composition. Il est entouré de vendangeurs de tous âges avec leurs paniers et d’hommes, un verre de vin à la main, qui se réjouissent au son de l’accordéon. A l’arrière, Apollon maîtrise ses chevaux. La fresque en hauteur d’Albert Bégaud exalte la forêt landaise avec ses fougères et ses pins.

En quittant les lieux, retournez-vous pour contempler sur la façade de la Bourse du travail le bas-relief d’un parisien, Alfred Janniot, une œuvre, elle aussi, à la gloire de Bordeaux.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires