genoa

Gênes: dans l’oeil de notre ambassadeur

Gênes n’existe pas. Elle n’existe pas dans les yeux de ceux qui se promènent dans ses rues car il ne s’agit pas d’une ville, mais d’une \entité changeante. Essayez donc de vous perdre dans les rues génoises : vous échouerez. C’est parce que Gênes est constituée d’une multitude de sentiments superposés, parce que la focaccia et le cappuccino ne sont qu’une manière pour nous, Génois, de simplifier un concept qui ne l’est pas. C’est parce que vous raconter que le coucher de soleil à Boccadasse ou depuis Spianata Castelletto est unique ne suffit pas. Nous vous le racontons, pour que vous puissiez dire « \j’y suis allé !\ ». Mais il n’en est pas ainsi. Gênes est une vie, si différente et si complexe. Ses histoires deviennent des légendes, ses rues entières respirent les histoires glorieuses désormais oubliées. Seul celui qui saura parcourir en silence la place Sarzano et ses méandres, les jours venteux de novembre, lorsque le ciel semble de verre, saura reconnaitre l\’Atlantique. Et celui qui sera capable de descendre les petits escaliers de Marassi, sans rechercher la beauté, saura s’émouvoir. De la gare de Nervi à la première entrée de la promenade, ne vous demandez pas s’il vaut la peine de prendre une photographie. Demandez-vous plutôt si vous avez déjà été là, avec votre cœur, il y a des années de cela, quand vous êtes tombé amoureux un jour d\été. Demandez-le-vous en silence, peut-être en écoutant une musique lointaine, car la réponse est en vous. Gênes n’existe pas car ce n’est pas une ville. Ici on ne célèbre pas la merveille, ici on est. Laissez-vous vous perdre.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Gênes