euroflora

Euroflora 2018, le printemps bourgeonne à Gènes

Nervi est une oasis de tranquillité. Le dernier quartier à l’est de Gènes, qui surplombe déjà la Riviera menant à Portofino et aux Cinque Terre, rend hommage à ce qu’il se passait il y a une centaine d’années. Une station balnéaire de luxe, de grand prestige. Le calme des demeures de la fin du 19e siècle se respire le long du Viale delle Palme, proche de la station, et si l’on s’engage en moto sur la route allant de la rue Oberdan à la rue Casotti, les premiers jours de mai, on risque de se faire renverser par les couleurs vives des bougainvilliers et des parfums intenses des dernières mimosas.

Nervi, une petite terre reculée. Loin de la ville, même en termes de mentalité. Un refuge de luxe qui du 21 avril au 6 mai accueillera la nouvelle édition d’Euroflora, dans les Parcs. Complexe botanique formé par l’union d’anciens jardins privés, les Parcs de Nervi font partie de la mairie de Gènes depuis les premières décennies du 20e siècle. Avec une superficie de près de 100 mille mètres carrés, ils représentent le poumon vert de la ville par excellence.

Parmi les villes encore présentes, qui accueillent les fondations et les musées d’art, se tiendra la nouvelle édition d’Euroflora, exposition florale ancestrale qui a accueilli des milliers de visiteurs au cours des dix précédentes éditions. Pour la première fois depuis son existence, Euroflora sera organisée en plein air, une nouveauté par rapport à son habituelle installation à la Fiera di Genova.

Les entrées seront limitées à 20 000 visiteurs par jour, pour que la visite reste agréable et pour s’assurer que le transport vers les Parcs de Nervi soit gérable pour la ville. En effet, la création d’Euroflora dans ce coin de Gènes est déjà un gros défi pour la structure complexe du réseau routier de Levante, et c’est d’ailleurs pour cela que seul le transport public sera prévu, via train ou navette spéciale.

La nouvelle édition prévoit la réalisation d’œuvres d’art florales de plus de 250 horticulteurs, paysagistes et décorateurs, qui se sont préfixés l’objectif de transformer les grands prés verts des Parcs en attraits artistiques, parcours musicaux et trésors botaniques. Plus de huit hectares de superficie à remodeler, en plantant des millions de fleurs et plantes originaires des quatre coins du monde. Un voyage floral riche en couleur, histoire de l’origine et parfums.

Une idée poétique pour découvrir Gènes au meilleur moment, le printemps. Là où il est possible d’explorer la ville avec les premiers rayons du soleil et découvrir une nouvelle édition d’Euroflora qui se préfixe l’objectif d’entrer dans l’histoire de Gènes.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires


Davantage de recoins en Gênes