71_burdeos_darricau-y-el-chocolate-cien-anos-de-pasion-al-servicio-de-los-bordeleses

Darricau et le chocolat, cent ans de passion au service des Bordelais

Cela fait cent ans que la Maison Darricau enchante les gourmands de Bordeaux, toutes générations confondues. Pâtisserie-salon de thé au début, la Maison Darricau s’est recentrée sur le chocolat en 1994. Le maître chocolatier Michel Garrigue, qui a pris la suite de ses parents et de ses grands-parents, laisse libre cours à sa créativité pour exalter les qualités gustatives des chocolats grand cru qu’il sélectionne avec le plus grand sérieux et une passion toujours présente. Il fallait oser marier chocolat et basilic, il l’a fait. Il ne se refuse aucune audace tout en respectant la nature du chocolat.

Une soixantaine de variétés sont proposées mais certaines de ses créations sont particulièrement recherchées, comme le « pétillant », un praliné plein de surprises. Les semi-bruts dans leurs bocaux en verre jouent sur des variations plus délicieuses les unes que les autres avec des fruits secs. Je dois avouer que j’ai toujours du mal à résister devant ces tentations à portée de main. Petit clin d’œil au Japon avec le plateau de sushis. Non seulement ils ressemblent à d’authentiques makis mais leur goût puise dans les saveurs d’Asie : praliné aux cacahouètes et au wasabi, ganache au thé vert ou à l’alcool de riz et à la rose et pâte d’amande au gingembre.

Enfin, région oblige, Darricau a imaginé le « grain de sable », un praliné à la fleur de sel roulé dans de la noisette broyée (mon préféré, il est vraiment addictif), le « pavé de Bordeaux », un praliné avec raisin macéré dans le vin, roulé dans la cannelle et du sucre, le « confit de vin », une ganache mijotée longuement avec un vin de graves. A offrir ou à s’offrir, la « caisse week-end » qui, dans un emballage en bois, regroupe trois vins de Bordeaux, quatre grands crus de chocolat, une boîte de « pavés de Bordeaux » et un pot de « confit de vin ».

Tout est fabriqué dans l’atelier sur place, ce qui explique cette délicieuse odeur qui imprègne l’atmosphère. Pour goûter à ces chocolats d’exception, il faut se rendre à la boutique bordelaise puisqu’elle est le seul point de vente Darricau. Renouant avec les traditions de l’ancien salon de thé Darricau, Michel Garrigue vient de remettre à l’honneur le « béret basque », l’un des gâteaux –à base de chocolat bien évidemment- qui avaient fait la réputation de l’établissement. Un produit couleur locale car le Pays basque, où ce couvre-chef est toujours porté, n’est pas loin de Bordeaux et c’est par le port de Bayonne que le chocolat est entré en France.

Ecrivez votre avis

Partager


DERNIERS AVIS SU CET ENDROIT

Tous les champs sont obligatoires

Votre expérience est précieuse pour les autres voyageurs. Merci!

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Certains recoins similaires